Salaire, prix et profit, de Karl Marx.

Publié en . Extraits des Éditions en Langues Étrangères (Beijing, 2005).

Au lieu de dire que le montant des salaires est une grandeur constante, [Weston] devrait dire que, bien qu’ils ne puissent ni ne doivent monter, ils pourraient et devraient plutôt baisser, dès qu’il plaît au capital de les réduire. S’il plaît au capitaliste de vous nourrir de pommes de terre au lieu de viande, et de bouillie d’avoine au lieu de pain blanc, il vous faut subir sa volonté comme une loi de l’économie politique et vous y soumettre. Si dans un pays, par exemple aux Etats-Unis, les taux des salaires sont plus élevés qu’en Angleterre, vous devrez expliquer cette différence dans le niveau des salaires comme une différence entre la volonté des capitalistes américains et celle des capitalistes anglais, méthode qui simplifierait beaucoup l’étude non seulement des phénomènes économiques, mais aussi de tous les autres phénomènes.

— p. 4

Vous seriez tout à fait dans l’erreur si vous admettiez que la valeur du travail ou de toute autre marchandise est, en dernière analyse, déterminée par l’offre et la demande. L’offre et la demande ne règlent pas autre chose que les fluctuations momentanées des prix du marché. Elles vous expliqueront pourquoi le prix du marché pour une marchandise s’élève au-dessus ou descend au-dessous de sa valeur, mais elles ne peuvent jamais expliquer cette valeur elle-même. Supposons que l’offre et la demande s’équilibrent ou, comme disent les économistes, se couvrent réciproquement. Eh bien! au moment même où ces forces antagonistes sont d’égale puissance, elles s’annihilent réciproquement et cessent d’agir dans un sens ou dans un autre. Au moment où l’offre et la demande s’équilibrent et par conséquent cessent d’agir, le prix du marché pour une marchandise coïncide avec sa valeur réelle, avec le prix fondamental autour duquel oscille son prix sur le marché. Lorsque nous recherchons la nature de cette valeur, nous n’avons pas à nous préoccuper des effets passagers de l’offre et de la demande sur les prix du marché. Cela est vrai pour les salaires comme pour le prix de toutes les autres marchandises.

— p. 24

Quelle est la substance sociale commune à toutes les marchandises ? C’est le travail. Pour produire une marchandise, il faut y appliquer, y faire entrer une quantité déterminée de travail. Et je ne dis pas seulement de travail, mais de travail social. Un homme qui produit un objet pour son usage personnel immédiat, en vue de le consommer lui-même, crée un produit, mais non une marchandise. En tant que producteur subvenant à lui-même, il n’a rien de commun avec la société. Mais pour produire une marchandise, il faut que cet homme produise non seulement un article qui satisfasse à quelque besoin social, mais il faut encore que son travail soit un élément ou une fraction de la somme totale du travail utilisé par la société. Il faut que son travail soit subordonné à la division du travail qui existe au sein de la société. Il n’est rien sans les autres subdivisions du travail et à son tour il est nécessaire pour les compléter. […]

Nous arrivons donc à cette conclusion : une marchandise a une valeur parce qu’elle est une cristallisation de travail social. La grandeur de sa valeur ou sa valeur relative dépend de la quantité plus ou moins grande de cette substance sociale qu’elle contient, c’est-à-dire de la quantité relative de travail nécessaire à sa production. Les valeurs relatives des marchandises sont donc déterminées par les quantités ou sommes respectives de travail qui sont employées, réalisées, fixées en elles. Les quantités de marchandises correspondantes qui peuvent être produites dans le même temps de travail sont de valeur égale. Ou encore, la valeur d’une marchandise est à la valeur d’une autre marchandise comme la quantité de travail représentée dans l’une est à la quantité de travail représentée dans l’autre.

— p. 30

Il nous faut revenir maintenant à l’expression « valeur ou prix du travail ».

Nous avons vu qu’en fait cette valeur n’est que la valeur de la force de travail, mesurée d’après la valeur des marchandises nécessaires à son entretien. Mais comme l’ouvrier ne reçoit son salaire qu’après l’achèvement de son travail, et comme il sait, en outre, que ce qu’il donne vraiment au capitaliste, c’est son travail, la valeur ou le prix de sa force de travail lui apparaît nécessairement comme le prix ou la valeur de son travail même. Si le prix de sa force de travail est de 3 shillings dans lesquels sont réalisées 6 heures de travail, et s’il travaille 12 heures, il considère nécessairement ces 3 shillings comme la valeur ou le prix de il heures de travail, bien que ces 12 heures de travail représentent une valeur de 6 shillings. De là un double résultat.

Premièrement. La valeur ou le prix de la force de travail prend l’apparence extérieure du prix ou de la valeur du travail lui-même, bien que, rigoureusement parlant, le terme de valeur ou de prix du travail n’ait aucun sens.
Deuxièmement. Quoiqu’une partie seulement du travail journalier de l’ouvrier soit payée, tandis que l’autre partie teste impayée, et bien que ce soit précisément cette partie non payée ou surtravail qui constitue le fonds d’où se forme la plus-value ou profit, il semble que le travail tout entier soit du travail payé.

C’est cette fausse apparence qui distingue le travail salarié des autres formes historiques du travail. À la base du système du salariat, même le travail non payé semble être du travail payé. Dans le travail de l’esclave, c’est tout le contraire: même la partie de son travail qui est payée apparaît comme du travail non payé. Naturellement, pour pouvoir travailler, il faut bien que l’esclave vive, et une partie de sa journée de travail sert à compenser la valeur de son propre entretien. Mais comme il n’y a pas de marché conclu entre lui et son maître, comme il n’y a ni achat ni vente entre les deux parties, tout son travail a l’air d’être cédé pour rien.

Prenons, d’autre part, le paysan serf tel qu’il existait, pourrions-nous dire, hier encore, dans toute l’Europe orientale. Ce paysan travaillait, par exemple, 3 jours pour lui-même sur son propre champ ou sur celui qui lui était alloué, et les 3 jours suivants il faisait du travail forcé et gratuit sur le domaine de son seigneur. Ici donc le travail payé et le travail non payé étaient visiblement séparés, dans le temps et dans l’espace. Et nos libéraux étaient transportés d’indignation à l’idée absurde de faire travailler un homme pour rien.

En fait, pourtant, qu’un homme travaille 3 jours de la semaine pour lui-même sur son propre champ et 3 jours sur le domaine de son seigneur, ou bien qu’il travaille à la fabrique ou à l’atelier 6 heures par jour pour lui-même et 6 pour son patron, cela revient au même, bien que, dans ce dernier cas, les parties payées et non payées du travail soient inséparablement mélangées, et que la nature de toute cette opération soit complètement masquée par l’intervention du contrat et par la paye effectuée à la fin de la semaine. Dans un cas, le travail non payé paraît être donné volontairement et, dans l’autre, arraché par la contrainte. C’est là toute la différence.

Lorsque j’emploierai, par la suite, l’expression « valeur du travail », je ne ferai que prendre la tournure d’usage pour « valeur de la force de travail ». — ch. « La Valeur du travail »


Nous pourrions nous demander d’où vient ce singulier phénomène qui fait qu’on trouve sur le marché un groupe d’acheteurs en possession du sol, de machines, de matières premières et des moyens de subsistance, toutes choses qui, sauf la terre dans son état primitif, sont des produits du travail, et, de l’autre côté, un groupe de vendeurs n’ayant rien à vendre que leur force de travail, leurs bras et leurs cerveaux agissants ? Que l’un des groupes achète continuellement pour réaliser du profit et s’enrichir pendant que l’autre groupe vend continuellement pour gagner sa vie ? L’étude de cette question nous conduirait à la recherche de ce que les économistes appellent l’accumulation antérieure ou primitive, mais qui devrait être appelée l’expropriation primitive. Nous trouverions que cette prétendue accumulation primitive ne signifie rien d’autre qu’une série de processus historiques aboutissant à une dissociation de l’unité primitive qui existait entre le travailleur et ses moyens de travail. Toutefois, une recherche de ce genre sort des bornes de mon sujet. Une fois accomplie, la séparation entre le travailleur et ses moyens de travail va subsister et se poursuivre à une échelle toujours croissante, jusqu’à ce qu’une révolution nouvelle, bouleversant de fond en comble le système de production, vienne la renverser et restaurer l’unité primitive sous une forme historique nouvelle. […]

Mais je n’en veux pas moins profiter de l’occasion pour constater que les frais de production des forces de travail de qualités diverses diffèrent exactement de la même façon que les valeurs des forces de travail employées dans les diverses industries. La revendication de l’égalité des salaires repose par conséquent sur une erreur, sur un désir insensé qui ne sera jamais satisfait. Elle a sa source dans ce radicalisme faux et superficiel qui accepte les prémisses et cherche à se dérober aux conclusions. Sous le régime du salariat, la valeur de la force de travail se détermine comme celle de toute autre marchandise. Et comme les différentes sortes de travail ont des valeurs différentes, c’est-à-dire nécessitent pour leur production des quantités de travail différentes, elles doivent nécessairement avoir des prix différents sur le marché du travail. Réclamer une rémunération égale ou même équitable sous le régime du salariat équivaut à réclamer la liberté sous le régime de l’esclavage. Ce que vous considérez comme juste et équitable n’entre donc pas en ligne de compte. La question qui se pose est la suivante : Qu’est-ce qui est nécessaire et inévitable au sein d’un système de production donné ?

— p. 42-43

La valeur d’une marchandise est déterminée par la quantité totale du travail qu’elle contient. Mais une partie de cette quantité de travail représente une valeur pour laquelle a été payé un équivalent sous la forme de salaires, une autre partie est incorporée dans une valeur pour laquelle on ne paie pas d’équivalent. Une partie du travail contenu dans la marchandise est du travail payé, une autre partie est du travail non payé. Par conséquent, en vendant la marchandise à sa valeur, c’est-à-dire comme la cristallisation de la quantité totale du travail qui y fut employée, le capitaliste doit forcément la vendre avec un profit. Il ne vend pas seulement ce qui lui a coûté un équivalent, mais aussi ce qui ne lui a rien coûté, bien que cela ait coûté du travail à son ouvrier. Les frais de production de la marchandise pour le capitaliste et son coût réel sont deux choses différentes. Je répète donc que l’on fait des profits normaux et moyens lorsqu’on vend les marchandises non pas au-dessus de leur valeur réelle, mais bien à leur valeur réelle.

— p.50

Supposons que le capital déboursé en salaires soit de 100 livres. Si la plus-value produite se monte également à 100 livres — et cela indiquerait que la moitié de la journée de travail de l’ouvrier se compose de travail non payé — et si nous estimons ce profit d’après la valeur du capital avancé en salaires, nous dirons que le taux du profit s’élève à 100 pour cent parce que la valeur avancée serait cent et la valeur réalisée deux cents.

Si, d’autre part, nous considérions non seulement le capital avancé en salaires, mais la totalité du capital déboursé, disons, par exemple, 500 livres, dont 400 livres représentent la valeur des matières premières, machines, etc., nous dirions que le taux du profit ne s’élève qu’à 20 pour cent, parce que le profit de 100 ne serait que le cinquième de la totalité du capital déboursé.

La première manière d’exprimer le taux du profit est la seule qui vous montre le véritable rapport entre le travail payé et le travail non payé, le degré véritable de l’exploitation (permettez-moi ce mot français) du travail. L’autre façon de s’exprimer est la plus usuelle, et on y a recours, en effet, dans certains buts. Elle est en tout cas très utile pour dissimuler le degré suivant lequel le capitaliste extait du travail gratuit de l’ouvrier.

— p.54

Cette valeur donnée, déterminée par le temps de son travail, est le seul fonds d’où l’ouvrier ainsi que le capitaliste puiseront respectivement leurs parts ou dividendes, la seule valeur qui soit répartie en salaire et en profit. Il est clair que cette valeur elle-même n’est pas modifiée par le rapport variable suivant lequel elle peut être partagée entre les deux parties. Il n’y aura rien de changé non plus si au lieu d’un ouvrier nous mettons toute la population travailleuse et si au lieu d’une journée de travail nous en mettons 12 millions, par exemple.

Le capitaliste et l’ouvrier n’ayant à partager que cette valeur limitée, c’est-à-dire la valeur mesurée d’après le travail total de l’ouvrier, plus l’un recevra, moins recevra l’autre, et inversement. Pour une quantité donnée, la part de l’un augmentera dans la proportion où celle de l’autre diminuera. Si les salaires baissent, les profits changerons en sens contraire. Si les salaires baissent, les profits monteront, et si les salaires montent, les profits baisseront. […]

Le fait mentionné plus haut, que du travail bien payé peut produire de la marchandise bon marché, et du travail mal payé de la marchandise chère, perd donc son apparence paradoxale. Il n’est que l’expression de la loi générale : la valeur d’une marchandise est déterminée par la quantité de travail qui y est incorporée, et cette quantité de travail dépend exclusivement de la force productive du travail employé et variera par conséquent à chaque modification de la productivité du travail.

— p. 55-57

Quand les ouvriers s’efforcent de ramener la journée de travail à ses anciennes limites rationnelles, ou encore, là où ils ne peuvent arracher la fixation légale de journée de travail normale, quand ils cherchent à mettre un frein au surtravail par une hausse des salaires non pas calculée seulement d’après le surtravail soutiré, mais portée à un taux plus élevé, ils ne font que remplir un devoir envers eux-mêmes et envers leur race. Ils ne font que mettre des bornes à l’usurpation tyrannique du capital. Le temps est le champ du développement humain. Un homme qui ne dispose d’aucun loisir, dont la vie toute entière, en dehors des simples interruptions purement physiques pour le sommeil, les repas, etc., est accaparée par son travail pour le capitaliste, est moins qu’une bête de somme. C’est une machine à produire de la richesse pour autrui, écrasée physiquement et abrutie intellectuellement. Et pourtant, toute l’histoire de l’industrie moderne montre que le capital, si on n’y met pas obstacle, travaille sans égard ni pitié à abaisser toute la classe ouvrière à ce niveau d’extrême dégradation.

Par cette prolongation de la journée de travail, le capitaliste pourra bien payer des salaires plus élevés, il n’en abaissera pas moins la valeur du travail si l’augmentation des salaires ne correspond pas à la quantité plus grande de travail soutiré et au déclin plus rapide de la force de travail qui en sera le résultat.

— p. 62-63

La valeur de la force de travail est formée de deux éléments dont l’un est purement physique et l’autre historique ou social. Sa limite ultime est déterminée par l’élément physique, c’est-à-dire que, pour subsister et se reproduire, pour prolonger son existence physique, il faut que la classe ouvrière recoive les moyens de subsistance indispensables pour vivre et se multiplier. La valeur de ces moyens de subsistance de nécessité absolue constitue par conséquent la limite ultime de la valeur du travail. D’autre part, la longueur de la journée de travail a également des limites extrêmes, quoique très extensibles. Ses limites extrêmes sont données par la force physique de l’ouvrier. Si l’épuisement quotidien de sa force vitale dépasse un certain degré, celle-ci ne pourra pas fournir journellement une nouvelle activité. Néanmoins, comme nous l’avons dit, cette limite est très extensible. Une succession rapide de générations débiles et à existence brève approvisionnera le marché du travail tout aussi bien qu’une série de générations fortes et à existence longue.

Parallèlement à cet élément purement physiologique, la valeur du travail est déterminée dans chaque pays par un standard de vie traditionnel. Celui-ci ne consiste pas seulement dans l’existence physique, mais dans la satisfaction de certains besoins naissant des conditions sociales dans lesquelles les hommes vivent et sont élevés.

p. 66-67

Avec le développement de la force productive du travail, l’accumulation du capital s’accélère beaucoup, même en dépit d’un taux de salaire relativement élevé. On en pourrait conclure, comme Adam Smith, du vivant duquel l’industrie moderne n’était encore qu’à ses débuts, que l’accumulation accélérée du capital doit nécessairement faire pencher la balance en faveur de l’ouvrier en créant une demande croissante de travail. Pour cette même raison, un grand nombre d’écrivains contemporains se sont étonnés que les salaires n’aient pas augmenté davantage, alors que le capital anglais s’est accru dans ces vingts dernières années beaucoup plus rapidement que la population anglaise. Mais, parallèlement à l’accumulation continuelle du capital, il s’opère une modification croissante dans la composition du capital. La portion de capital total, qui consiste en capital fixe, machines, matières premières, moyens de production de toutes les sortes possibles, s’accroît plus rapidement comparativement à l’autre portion du capital qui est employée en salaires, c’est-à-dire à l’achat du travail. […]

Ces quelques indications suffiront à montrer que le développement même de l’industrie moderne doit nécessairement faire pencher toujours davantage la balance en faveur du capitaliste contre l’ouvrier et que, par conséquent, la tendance générale de la production capitaliste n’est pas d’élever le niveau moyen des salaires, mais de l’abaisser, c’est-à-dire de ramener, plus ou moins, la valeur du travail à sa limite la plus basse. Mais, telle étant la tendance des choses dans ce régime, est-ce à dire que la classe ouvrière doive renoncer à sa résistance contre les atteintes du capital et abandonner ses efforts pour arracher dans les occasions qui se présentent tout ce qui peut apporter une amélioration temporaire à sa situation ? Si elle le faisait, elle se ravalerait à n’être plus qu’une masse informe, écrasée, d’êtres faméliques pour lesquels il n’y aurait plus de salut. Je pense avoir montré que ses luttes pour des salaires normaux sont des incidents inséparables du système du salariat dans son ensemble, que, dans 99 cas sur 100, ses efforts pour relever les salaires ne sont que des tentatives pour maintenir la valeur donnée au travail, et que la nécessité d’en disputer le prix avec le capitaliste est en connexion avec la condition qui l’oblige à se vendre elle-même comme une marchandise. Si la classe ouvrière lâchait pied dans son conflit quotidien avec le capital, elle se priverait certainement elle-même de la possibilité d’entreprendre tel ou tel mouvement de plus grande envergure.

En même temps, et tout à fait en dehors de l’asservissement général qu’implique le régime du salariat, les ouvriers ne doivent pas s’exagérer le résultat final de cette lutte quotidienne. Ils ne doivent pas oublier qu’ils luttent contre les effets et non contre les causes de ces effets, qu’ils ne peuvent que retenir le mouvement descendant, mais non en changer la direction, qu’ils n’appliquent que des palliatifs, mais sans guérir le mal. Ils ne doivent donc pas se laisser absorber exclusivement par ces escarmouches inévitables que font naître sans cesse les empiètements ininterrompus du capital ou les variations du marché. Il faut qu’ils comprennent que le régime actuel, avec toutes les misères dont il les accable, engendre en même temps les conditions matérielles et les formes sociales nécessaires pour la transformation économique de la société. Au lieu du mot d’ordre conservateur : « Un salaire équitable pour une journée de travail équitable », ils doivent inscrire sur leur drapeau le mot d’ordre révolutionnaire : « Abolition du salariat ».

— p. 71-73
Notes